La folie te guette

« — Tu te prends pour qui ? T’es grotesque, tu crois qu’t’as toujours raison, tu penses que les autres sont débiles, tu crois avoir les meilleurs arguments, mais t’es qu’une putain de merde, tu t’imagines être un révolutionnaire, mais t’es qu’un trou duc. Che Guevara il te pisserait à la gueule en rigolant, il te jetterait une allumette et tu t’enflammerais, disparaitrais au fond du lac, bon sang, ça nous ferait des vacances… »

— Putain, laisse-moi, c’est pas le moment. Bordel, peut-être que t’as raison, j’en sais rien…Je déteste le conflit, pourtant je suis souvent en plein dedans. Les relations, la communication, j’y comprends rien. Je me dis parfois que je ne suis pas fait pour vivre avec les autres. Je suis qu’un rustre, bon à rester seul dans sa cabane, bouffant des bambous toute la journée. Je ne comprends pas, j’ai surement trop de valeur à la con. Je ne supporte pas qu’on me fasse ce que je ne ferais jamais aux autres. C’est pourtant inepte de penser comme ça, non ? On ne raisonne pas tous de la même façon, pour certain avoir tel comportement serait une chose normale alors qu’à mes yeux, cela représenterait le coup de schlass ultime. C’est aussi une question de culture, d’éducation, de valeur morales. Comment s’en sortir dans cet imbroglio ? Faire preuve de calme, discuter sereinement autour d’un hot beverage, sans s’échauffer . En gros, tout ce que je ne sais pas faire. Non c’est plus fort que moi, ceux qui me prennent pour un pigeon doivent le regretter. Je ne supporte par l’injustice, je crois que c’est ça…

 — Ah ouais tocard ? Ben, achète-toi un costume de chauvesouris et surveille les rues tant que t’y es. Si t’aimais pas l’injustice, tu serais activiste, tu bosserais pour des assos, nourrirais les clodos dans la rue, filerais ton sang, donnerais ton rein, ton sperme et tutti quanti. Tu ne serais pas près de tes sous, t’en aurai rien à foutre de ce nouvel écran plat à la con, tu penserais à ceux qui n’ont rien pour vivre, tu serais un putain de hippie mec. Un type cool qui fume des oinj et kiff Boby. Là, c’est de l’injustice purement égotique, liée seulement à ta face de Shem, à ta propre existence lamentable.

— Bordel, quelle salope, tu roules sur la jante, tu racontes que de la merde. Tu mélanges tout. T’es démago et tu me gaves. Il faut savoir trouver le juste milieu. Cela dit, tu n’as pas tort sur un point, je ne suis pas un mec à la cool, mais que veux-tu, je ne sais pas laisser couler. Quand je vois certains de mes amis, ils m’apparaissent comme de véritables ovnis. Ils laissent passer des trucs comme ça, l’air de rien. Pfiou et puis ils oublient. Genre l’autre fois, j’étais au DoMac avec Lo. Son sandwich était froid. Un vieux burger, mangeable, mais pas folichon. J’étais prêt à aller les défier au comptoir et faire un scandale africain, pour lui, mais il m’a dit non. Comme ça, tranquillement et il a ajouté « t’inquiètes, c’est pas grave. » Juste comme ça, PAS GRAVE. Je l’ai regardé avec de grands yeux, sidéré. Pour moi, ce serait limite la fin du monde. J’observerais ce cheeseburger et je ne pourrais pas arrêter d’y penser. Est-ce la clé pour être paisible ? Fermer sa gueule ? Mais que penser alors ? Est-ce un signe de faiblesse de la fermer ou alors d’intelligence de ne pas trop l’ouvrir ?

Mais comment font-ils ? Je t’en prie donnes-moi la solution. C’est fou,  j’ai l’impression que lorsqu’une chose ne va pas ou que je vis clairement une situation qui me semble déraisonnable, je suis prêt à tout pour la rétablir dans mon sens. Quitte à le payer cher, me brouiller avec la terre entière, me mettre à dos des gens que j’aime. Mais bordel, c’est ridicule et puis t’imagines pas à quel point cela peut être fatigant, je suis harassé. Sou, un ami, est à peu près comme moi. Le plus important pour lui c’est qu’on ne se foute pas de sa gueule. Il serait prêt à faire de même, se fâcher a vie avec quelqu’un qu’il appréciait, prêt à vivre sous la tempête sans problème. Il se tient à sa décision et il n’a pas l’air de souffrir. Il reste totalement impassible. Sûr de lui. Quelque part, je l’admire pour ça. Pourquoi chercher ? Si tu ne fais plus confiance à une personne. Si tu es certain qu’elle ne t’apportera rien d’autre que l’orage.  Je ne suis pourtant pas trop buté, » « — lol arrête j’ai failli m’étouffer la » « — Ta gueule, je sais me remettre en question, je le fais tous les jours, toutes les minutes. Mais dans une prise de tête, comment être sûr de ne pas être dans l’erreur ? Tu sais parfois, j’ai juste envie de rien dire. J’en ai marre de toujours me battre, je veux laisser couler putain de merde. Lo m’avouait encore l’autre fois que j’avais de sérieux soucis. On parlait de foot, de nos jeunes années. On disait que j’avais réussi à me faire détester de tous mes coachs, et de quasi tous mes coéquipiers chaque année. En classe, c’était souvent la même rengaine. L’attitude. Et si c’était moi le problème ? »

« — Enfin, on y arrive, c’est pas trop tôt… t’as joué au Cluedo toi, c’est pas possible ?

— Pourquoi es-tu obligé d’être si méchante avec moi, on est la même personne, va te faire mettre ! Tu devrais m’encourager.

 — La même personne ? T’encourager ? Ahah, non, non ! Mélange pas les tampons et les serviettes, toi t’es juste un enfant en colère, un petit gamin qui fait des caprices, voilà ce que tu es ! tu ne supportes pas que ça n’aille pas dans ton sens, t’es un brise burne de luxe

— Mais j’ai conscience que je suis casse-couille, qu’est-ce que tu crois ? Mais je ne suis pas que ça, sinon pourquoi serais-je entouré d’amis aussi fidèles, de personnes géniales, intelligentes et qui me font confiance ? Je sais ce que  leur apporte !

— Oui, des problèmes

— Non c’est faux !

— Non ? Et la fois où t’as demandé à Sou si c’était une C4 garé sur le trottoir alors qu’il conduisait ? »

— C’était qu’une simple question !

— Oui une simple question…qui lui a valu de se prendre la voiture d’en face et en plus c’était une C3…boloss »

— Bon bref, ça n’est pas la question. Je sais que mes amis ne me laisseront jamais et moi non plus d’ailleurs.

— Super la réponse, maintenant on se croirait dans amour, gloire et beauté, écoute-toi parler, tu me donnes vraiment envie de gerber, on dirait un enfant de 3 ans dans une cour de recrée » J’allais dégobiller dans les chiottes. Impossible de me chasser cette salope de la tête.

— Tu ne comprends pas, j’ai une foi aveugle en ceux que j’appelle mes amis, j’ai le sentiment qu’ils ne me feront jamais quelque chose de mal. Du moins, pas volontairement. Une fois qu’une personne devient importante à mes yeux, elle le reste. C’est dans les conflits que tu vois les masques glisser, ceux qui abandonnent facilement, te traitent de tous les noms, agissent du jour au lendemain comme si tu n’étais rien. Tu aperçois enfin les vraies faces. Elles sont véreuses, dégueulassent, te filent la gerbe. Tu te dis, merde, j’étais ami avec ça ? Really ? Je suis une personne qui donne sa confiance aisément. C’est une erreur, mais que veux-tu salope de conscience,

— Ouais doucement garçon…

— Non pas doucement ! Tu auras beau me calomnier, je me considère comme quelqu’un de franc et d’entier. Lorsque je n’aime pas, je vocifère et si je suis préoccupé, je l’avoue également. Quand je veux chigner, je chigne, peu importe les conséquences. Je ne sais pas faire semblant. Si jamais je vois que j’ai tort, je finirais par l’admettre. Ok, peut-être pas sur le moment, non, je reste un peu con tout de même, je le reconnais. Peut-être me faudra-t-il des jours, mois ou années pour le réaliser. Mais je le ferais. Cela dit, j’ai cette force qui me permet de laisser partir ces gens comme ils sont arrivés. Une fois que tu sors définitivement, que tu claques la porte, n’essaie pas de la pousser à nouveau. J’aurais déjà jeté les clés et tu pourras aller crever dans le caniveau…

— Si tu veux t’en persuader… Tu prends tout à cœur, si tu continues comme ça, tu finiras par te tirer une balle, t’ouvrir les veines, sauter d’un balcon à cause de problèmes avec les autres. Tu te crois incompris, c’est juste toi qui n’entends que dalle.

— Oui, ça me fait mal, oui je ne saisis pas certaines choses, mais ça me touche encore plus quand c’est un proche qui me fait souffrir. Toi tu l’as accueilli à bras ouverts. Il est venu dans ton jardin, tu lui as montré toutes ces jolies fleurs, ces tulipes, ces roses, ces iris. Vous les avez reniflés ensemble, et lui, cette merde, aura fini par les piétiner avant de se barrer. Bordel, par moment, j’ai vraiment envie de tout claquer, après tout, une Xbox, Football Manager et du porno, ça suffit pour être heureux pas vrai, non… ? »

« — Euh, t’es sûr que ça va mec ? »

Lo me regardait avec de grands yeux. Putain depuis quand était-il là ? Je n’avais  tout de même pas dit tout ça à voix haute ? Je restais planté là sans rien dire, une bière à la main. Lo tenait une manette de Xbox. Sur l’écran, FIFA 13. Le match était sur pause, Manchester contre Arsenal, 78ème minutes, 0-0.

« — Sinon pour le porno, la Xbox…, reprit-il en hésitant, euh, tu me parlais à moi cette fois ou bien… »

J’étais comme tétanisé.

« — Bon je pense que j’vais y aller mec. Merci pour le moelleux au chocolat. »

Le calme dans ma tête, plus aucune voix. La quiétude, enfin. Cette pute m’avait finalement laissé en paix. La manette trainait sur le sofa, le match était encore sur pause, la bière de Lo à demi remplie était sur la table basse, il s’était tiré.

« T’étais ou la skyzo boy ? »

27-La-folie-du-chamane
« T’étais ou la skyzo boy ? »
Publicités

6 Comments

  1. Je suis tombée sur ce texte en cherchant « la folie me guette » parce que je craque complètement, enfermée chez moi à bosser…j’ai lu une ligne, puis deux.. Je n’est pas pu m’arrêter, j’adore ta façon d’écrire, c’est puissant!

    1. Oh ! Je suis ravi si ce que j’écris peut te changer les idées, je comprends ce sentiment, j’y suis passé si souvent. Merci pour ton commentaire et je te souhaite plein de courage 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s